13
Mai

Qu’est-ce que la mort subite du nourrisson ?

Nourrisson

Décès inattendu et brutal d’un bébé apparemment bien portant, la mort subite du nourrisson inquiète bien des parents. Et pour cause : elle est responsable du décès de plusieurs centaines d’enfants chaque année !

Si le risque zéro n’existe pas, on peut tout de même prendre quelques précautions pour éviter qu’un drame ne se produise. Décryptage.

La diversité des causes

De nombreuses recherches scientifiques ont été réalisées pour connaître les causes de la mort subite du nourrisson. Dans les années 1980, le pédiatre Alfred Steinschneider pensait avoir levé le voile sur ce mystère : les bébés oublieraient tout simplement de respirer ! Mais sa théorie de l’apnée primitive a rapidement été abandonnée.

Aujourd’hui, les médecins considèrent qu’il existe de nombreuses causes :

  • Un accident « de literie ». C’est la cause la plus fréquente de la mort subite du nourrisson : un matelas trop mou ou une couette mal positionnée peuvent l’étouffer.
  • Une infection. La présence d’un virus dans les poumons des nourrissons peut être à l’origine d’une apnée ou d’un œdème du poumon.
  • Un reflux gastro-œsophagien. Certains bébés le tolèrent très mal, au point de régurgiter du sang ou de faire des malaises.
  • Une hyperréflexivité vagale. Cette infection entraîne un ralentissement du cœur : le cerveau n’est donc plus irrigué correctement et l’enfant peut perdre connaissance.
  • Une bactérie. Dans les années 2000, les chercheurs de l’Université de Manchester ont découvert l’Helicobacter pylori, une bactérie située dans l’estomac. Elle était présente chez plus de 75 % des victimes de la morte subite du nourrisson !

Les enfants à risque

Il existe de nombreux facteurs qui augmentent le risque qu’un bébé soit atteint d’une mort subite du nourrisson. Dans plus de 90 % des cas, elle survient pendant les 6 premiers mois de l’enfant.

Les risques diminuent grandement une fois le cap de la première année franchi. Plusieurs études ont permis de découvrir que les garçons, les prématurés, les nourrissons nés d’une grossesse multiple, les bébés qui souffrent de pathologies respiratoires et ceux ayant un poids trop faible à la naissance étaient plus enclins à décéder d’une morte subite du nourrisson.

Réduire les risques

S’il n’existe aucun moyen infaillible d’éviter qu’une morte subite du nourrisson ne survienne, il est tout de même possible d’en diminuer grandement les risques.

  • Ne pas fumer pendant la grossesse. Les morts subites du nourrisson sont plus nombreuses chez les bébés qui ont été exposés à de la fumée de cigarette. Pendant votre grossesse, n’autorisez personne à fumer près de vous.
  • Allonger le bébé sur le dos. Cette position permet de réduire considérablement les risques d’étouffement, qui sont très élevés lorsqu’un enfant est couché sur le ventre ou sur le côté.
  • Ne pas laisser le bébé avoir trop chaud. Les nourrissons doivent dormir à une température modérée, environ 18 ° C.
  • Allaiter son enfant. L’allaitement permettrait de diminuer les risques de mort subite du nourrisson. Le lait maternel donne à l’enfant tous les nutriments dont il a besoin et le protège des infections.
  • Aller régulièrement chez le médecin. En effet, un enfant en bonne santé a moins de risque de décéder d’une mort subite du nourrisson.

Témoignage de parents

Plus d’informations :

Actualité médicale sur la mort subite du nourrisson
Ressources CHU Rouen
Article utile sur Rue89

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *