16
Juin

L’interruption médicale de grossesse

L’IMG (interruption médicale de grossesse) est pratiquée en France jusqu’au terme de la grossesse.

Elle est indiquée lorsque la grossesse met en danger la mère ou lorsque le fœtus est atteint d’une maladie grave et incurable au moment du diagnostic.
Environ 7000 interruptions de grossesse sont réalisées en France chaque année.

Le danger pour la mère

De nombreuses maladies maternelles peuvent être gravement perturbées par une grossesse et être une indication à une IMG :

  •  Pathologie cardiaque grave, avec risque de décompensation cardiaque durant la grossesse.
  •  Pathologie cancéreuse, où le retard de traitement occasionné par la grossesse peut être gravement préjudiciable à la survie maternelle.
  •  Pathologie psychiatrique, lorsque la grossesse entraîne la décompensation d’une névrose préexistante avec risque suicidaire.

Dans le cas de maladies maternelles, deux avis sont requis : celui du médecin de la mère ainsi que d’un médecin membre d’un centre de diagnostic anténatal.

La maladie grave et incurable du fœtus

Il existe différentes maladies graves et reconnues incurables au moment du diagnostic :

  •  Malformation d’un organe fonctionnel létale (agénésie rénale, hypoplasie pulmonaire, extrême prématurité inéluctable)
  •  Atteinte cérébrale ou nerveuse risquant d’entraîner un déficit neurologique grave (hydrocéphalie, agénésie de diverses régions cérébrales, atteinte infectieuse cérébrale)
  •  Anomalie chromosomique avec déficit intellectuel
  •  Autres malformations ou maladies fœtales entraînant une qualité de vie gravement perturbée, cela concerne surtout les maladies ayant une incidence sur l’apparence comme le nanisme

L’avis des parents est prépondérant : après plusieurs consultations chez des spécialistes, le couple formule une demande qui sera examinée par un centre de diagnostic anténatal pluridisciplinaire, qui rendra ensuite son avis (favorable ou défavorable).

La pratique de l’IMG

Les modalités d’interruption médicale de grossesse diffèrent en fonction du stade de la grossesse.

  •  A 14 semaines d’aménorrhée, L’IMG se pratique par anesthésie générale et le médecin procède à une aspiration par curetage.
  •  Après 14 semaines de grossesse, la technique du curetage n’est plus possible. L’accouchement est alors déclenché à l’aide d’un produit favorisant les contractions. La femme doit alors accoucher par voie basse. On transfère un médicament au fœtus qui aura pour but d’arrêter son cœur. Il naitra ainsi sans vie au moment de l’expulsion.

L’IMG demande alors une grande réflexion de la part des parents, il est conseillé qu’ils prennent 7 jours pour réfléchir. Ils devront ensuite faire le deuil de cet enfant, pour ensuite peut être envisager encore une fois de donner la vie.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *